Sexualité féminine et cancer

Depuis que tu es atteint d'un cancer, ta sexualité a changé et tu te poses beaucoup de questions ? Voici les principales réponses.

Ligue suisse contre le cancer

11. June 2024

Femme dans le miroir
La sexualité signifie bien plus que les rapports sexuels. (Photo: Pexels)

Qu'est-ce que la sexualité? 
La sexualité fait partie des besoins fondamentaux, car les êtres humains aspirent à la tendresse et à l’intimité. La sexualité dépasse largement la simple dimension physique et les actes sexuels. La sexualité englobe l'idée personnelle que l'on s'en fait, les sentiments, les désirs et l'imagination. Elle fait partie intégrante de l'identité. Selon la phase de vie ou le modèle de vie (p. ex. vie en couple, famille, célibataire), la sexualité est plus ou moins importante. La sexualité peut être synonyme de sensualité et de plaisir, mais elle peut aussi susciter des déceptions. Elle est complexe.  

L'essentiel en bref 
La sexualité ne se limite pas aux rapports sexuels. 
La sexualité est individuelle, a une signification différente pour chacune et évolue au cours de la vie. 
Les organes sexuels féminins comprennent la vulve (organe sexuel externe), le vagin, l'utérus, les trompes de Fallope et les ovaires (organes sexuels internes) ainsi que les seins. 
L'excitation sexuelle peut être activement influencée. 
Le plancher pelvien est également appelé muscle du plaisir.  
Si tu as des questions sur ton cycle, parles-en à ta gynécologue ou ton gynécologue. 
Pendant la ménopause, ne prends pas de médicaments sans en avoir parlé à ta gynécologue ou ton gynécologue.

Les organes sexuels féminins 
Qu'est-ce qui fait partie de l'organe sexuel externe? 
Cela comprend la vulve avec le clitoris, les corps caverneux du clitoris, les lèvres de la vulve, l'orifice de l'urètre et l'entrée du vagin.  

Les problèmes les plus fréquents
L’absence de désir 
«J'ai un cancer de l'intestin et je suis une chimiothérapie. Le diagnostic de cancer me pèse beaucoup. En ce moment, je n'ai pas envie de rapports sexuels, mais j'aime bien que mon ami me masse. Comment le lui dire sans le blesser? Un cancer et/ou des troubles associés peuvent avoir un impact sur le désir sexuel. Il se peut que tu ne réagisses plus aux stimuli érotiques habituels. Tu perçois alors ces stimuli comme bizarres ou inappropriés. Ou bien tu n'as pas envie d'une relation sexuelle avec ton/ta partenaire. Une telle réaction est compréhensible. De nombreuses personnes concernées perdent leur sensibilité corporelle pendant le traitement. Elles sont reconnaissantes que leur cancer soit traité. Pourtant, les femmes concernées se sentent à la merci des nombreuses interventions médicales. Pour tous ces traitements ou examens, tu dois te déshabiller devant des étrangers, tu es nue ou légèrement vêtue. Cela porte atteinte à ton intimité. Cela peut te conduire à ne plus vouloir que ton/ta partenaire te touche. Cette aversion pour le contact physique est souvent passagère.  
Prends ton temps! 
 
Questions fréquentes sur le cancer, le traitement et la grossesse 
Toutes les questions mentionnées ici sont des exemples de ce qui pourrait te préoccuper pendant un traitement contre le cancer. Si tu as d'autres questions, n'hésite pas à en parler à ton médecin. 

Le cancer est-il contagieux? 
Non, le cancer n'est pas contagieux. Les cellules cancéreuses ne se transmettent pas par le toucher, les baisers ou les rapports sexuels. Ni si tu pratiques le sexe oral ou anal avec ton/ta partenaire.  
Si tu es enceinte, le cancer ne se transmettra pas à ton enfant.  
Parle à ton médecin si tu as des antécédents de cancer dans ta famille. Il pourrait s'agir d'une modification génétique qui se transmet de génération en génération. Les généticiens peuvent détecter ces mutations génétiques à l'aide d'une analyse de sang. Les généticiens sont des biologistes qui se penchent sur l’étude de l'hérédité des maladies.

Protège-toi 
Les rapports sexuels non protégés avec différent·e·s partenaires augmentent toutefois le risque d'infection virale par les virus suivants:

  • Virus de l'hépatite (type B ou C) 
  • Virus de l'herpès 
  • Virus du papillome humain (VPH) 
  • VIH 

Certains de ces virus augmentent le risque de développer un cancer. L'infection par les virus de l'hépatite (type B ou C) augmente le risque de développer un cancer du foie. Certains virus du papillome humains favorisent par exemple le cancer du col de l'utérus (carcinome cervical). 

Suis-je radioactif pendant la radiothérapie? 
Que ce soit pendant la radiothérapie externe (radiothérapie percutanée) ou après l'irradiation interne (curiethérapie), tu n'es pas radioactive. Tu dois cependant utiliser une contraception sûre et ne pas tomber enceinte pendant six mois après le traitement.  
Ton médecin répondra à d'autres questions sur ta radiothérapie.

Comment dois-je me comporter pendant une chimiothérapie? 
Pendant une chimiothérapie, des résidus de médicaments peuvent également être présents dans les sécrétions vulvaires et vaginales chez les femmes, ainsi que dans le sperme chez les hommes. Cela peut irriter les muqueuses de ta partenaire ou de ton partenaire. Utilise un préservatif au moins les deux premiers jours après la chimiothérapie.

Quand dois-je m'abstenir de rapports sexuels? 

  • Après des opérations de l'abdomen jusqu'à ce que la plaie soit complètement guérie. 
  • Renonce aux rapports sexuels s'ils provoquent des douleurs.  
  • Après une radiothérapie dans les parties génitales. Attends que la muqueuse endommagée soit complètement guérie.  
  • En cas de cancer du col de l'utérus ou de la vessie, des saignements vaginaux ou des saignements lors de la miction peuvent survenir. Ceux-ci peuvent s'intensifier lors de rapports sexuels. Si tu as des saignements, évite les rapports sexuels. 
  • Pendant une chimiothérapie, le nombre de plaquettes sanguines (thrombocytes) peut diminuer. Ton risque de saignement est alors plus élevé. Demande à ton médecin si tu dois renoncer aux rapports sexuels. Ton sang est régulièrement analysé pendant la chimiothérapie.  

Tu ne dois cependant pas renoncer à la proximité physique, aux massages et aux caresses pendant cette période.

Est-ce que je peux encore avoir un orgasme malgré le traitement? 
Les personnes concernées qui ont eu un orgasme auparavant en ont généralement aussi après le traitement. Le nouveau départ n'est souvent pas facile. Beaucoup de femmes doivent redécouvrir leur corps modifié. Certaines femmes ont besoin de nouvelles méthodes pour être excitées sexuellement et pour atteindre l'orgasme. Prends ton temps.

Puis-je avoir des rapports anaux? 
Les rapports anaux sont plus susceptibles de provoquer des saignements, des blessures ou des inflammations. Ce risque peut augmenter pendant ton cancer. La chimiothérapie peut réduire le nombre de plaquettes ou de globules blancs. Si tu as moins de plaquettes, les saignements sont plus probables. Si tu as peu de globules blancs, tes défenses immunitaires sont affaiblies. C'est pourquoi tu as un risque accru de saignements, de blessures ou d'inflammations. Renonce si possible aux rapports anaux. Ou utilise des préservatifs et des lubrifiants. Parle à ton médecin si tu as des doutes par rapport à certaines pratiques sexuelles.

Mon couple est-il menacé parce que je dois renoncer à des rapports sexuels?  
Ta guérison a la priorité absolue. La plupart des couples sont liés par bien plus que l'épanouissement lors des rapports sexuels. Ne te laisse pas mettre sous pression. Parle de tes craintes avec ta partenaire ou ton partenaire. Si les craintes persistent, il est également utile d'en parler avec un psycho-oncologue ou un sexologue. Ta ligue régionale contre le cancer ou la Ligne InfoCancer peuvent te fournir des adresses et des contacts.

Rencontres avec le cancer? 
Les femmes touchées par le cancer rapportent qu'elles se sont davantage penchées sur leurs besoins pendant leur maladie. Elles se découvrent de nouveaux intérêts, font du sport. Il n'est pas rare que les personnes concernées prennent de l'assurance et sachent mieux ce qu'elles souhaitent ou non dans une relation de couple. Il n'en reste pas moins que l'incertitude demeure quant à la réaction du nouveau partenaire ou de la nouvelle partenaire face à la maladie. Parle de tes craintes ou de tes incertitudes. Tu devrais aborder les changements physiques (par ex. absence de sein, prothèse, stomie) avant d'envisager une proximité physique. Parfois, le «nouveau» ou la «nouvelle» partenaire doit d'abord assimiler ces informations et a besoin de temps pour cela. Ce qui ressemble à un «rejet» est généralement lié à tes propres peurs et à ton insécurité. Laisse-lui ce temps. Plus tu seras naturel avec toi-même, ton expérience de vie et tes changements physiques, plus ce sera facile pour ton nouveau ou ta nouvelle partenaire.

Questions en cas de désir d'enfant  
Lorsqu'on est atteint d'un cancer à un jeune âge, on souhaite avant tout être guéri. Or, les traitements anticancéreux peuvent endommager tes ovules. C'est pourquoi il est important que tu discutes de ton désir d'enfant avec l'équipe soignante avant le traitement contre le cancer.
  
Quelles questions devrais-tu poser à ton médecin? 

  • Puis-je avoir des enfants malgré un traitement contre le cancer? 
  • Que puis-je faire pour avoir des enfants plus tard? 
  • Quelles sont mes chances d'avoir des enfants avec des ovocytes congelés? 
  • Le traitement de la fertilité influence-t-il mon traitement contre le cancer? 
  • Qui paie le traitement de la fertilité? 

Que peux-tu faire? 
Congeler des ovocytes 
Le déroulement de ce traitement est le suivant:  

  • Avant ton traitement contre le cancer, tu recevras un traitement de fertilité dans un centre spécialisé (clinique de fertilité).  
  • Tu t'injectes des médicaments pendant quelques jours pour que plusieurs ovocytes arrivent à maturité dans tes ovaires (stimulation). 
  • Ceux-ci sont prélevés par le ou la professionnel·le de la santé en charge de la reproduction.  
  • Ces ovocytes sont généralement congelés sans avoir été fécondés.   
  • Cette procédure est appelée cryoconservation d'ovocytes. 

Après le traitement du cancer 
Pour tomber enceinte avec ces ovocytes congelés, tu as besoin d'une fécondation in vitro (FIV ou ICSI). Tes ovocytes sont fécondés en éprouvette avec les spermatozoïdes de ton partenaire. Le médecin reproducteur réimplante ces ovocytes fécondés lors d'un transfert.  
Dans la série de podcasts «Savoir contre le cancer», une jeune femme raconte comment elle a vécu la «congélation des ovocytes».

Congélation de tissu ovarien 
Le ou la gynécologue te prélève un ovaire entier ou une partie d'ovaire. L'ovaire prélevé est congelé. Après le traitement du cancer, cet ovaire te sera réimplanté. Si l'ovaire reprend son activité normale de maturation des ovules jusqu'à l'ovulation, tu peux tomber enceinte spontanément. Spontanément signifie sans soutien médical.

Médicaments 
L'oncologue te prescrit des médicaments qui immobilisent tes ovaires. Cela signifie qu'aucun ovule ne mûrit dans l'ovaire et que tu n'ovules pas. Ces médicaments peuvent protéger les ovaires des dommages causés par les thérapies anticancéreuses.  
Les résultats des études sur ce traitement ne sont pas clairs. Parle à ton médecin pour savoir si tu pourrais suivre ce traitement en plus de la congélation d'ovules.

Déplacer les ovaires 
L'irradiation du bassin peut endommager les ovaires. C'est pourquoi on les déplace parfois vers le haut et sur le côté afin de les protéger des dommages. Mais les médecins ne pratiquent que très rarement ce traitement. Ton médecin pourra t'expliquer en détail si ce déplacement est pertinent dans ton cas.

Que paie la caisse de maladie? 
En Suisse, l'assurance de base de la caisse maladie paie la congélation des ovocytes (cryoconservation) pendant cinq ans. Pour cela, tu dois avoir moins de 40 ans. Tu dois payer toi-même tous les autres traitements de fertilité (FIV).

Quand une grossesse n'est-elle plus possible? 
Après l'ablation de l'utérus, tu ne peux plus tomber enceinte. Si le gynécologue a dû procéder à une ablation des ovaires, tu ne peux tomber enceinte qu'avec un don d'ovules.  Jusqu'à présent, cela n'est autorisé qu'à l'étranger. Parle à ton médecin.

Questions sur la grossesse et le cancer 
Le traitement du cancer entraîne-t-il des malformations chez l'enfant à naître? 
Une fois que tu as terminé ton traitement contre le cancer, il n'y a pas de risque accru de malformation chez l'enfant à naître. Toutefois, les connaissances des expert·e·s ne suffisent pas à exclure un risque résiduel.

Contraception pendant le traitement 
Tu ne devrais pas tomber enceinte pendant le traitement contre le cancer. La chimiothérapie et la radiothérapie affectent également la qualité de tes ovules. C'est pourquoi des malformations peuvent se produire chez l'enfant à naître. Utilise donc une contraception sûre pendant et quelque temps après le traitement.  
Tu devrais planifier une grossesse après la fin du traitement. 
Tu as des questions sur le planning familial? Parles-en avec ton médecin traitant.

Cancer et grossesse 
La médecine a fait de grands progrès dans le traitement des femmes enceintes atteintes d'un cancer. Certaines femmes ne commencent le traitement contre le cancer qu'après avoir donné naissance à leur enfant. Certaines personnes atteintes ont toutefois besoin d'un traitement immédiat. De nombreuses femmes concernées peuvent garder leur enfant à naître malgré le traitement nécessaire. 
Le traitement que les médecins conseillent aux femmes enceintes concernées dépend de chaque cas:  

  • À quelle semaine de grossesse la personne concernée se trouve-t-elle au moment du diagnostic de cancer? 
  • À quel stade en est le cancer? 
  • Quel est le degré d'agressivité de la croissance du cancer? 

L'équipe soignante évalue soigneusement les risques tant pour la mère que pour l'enfant. 
La chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie peuvent nuire à l'enfant à naître (fœtus), mais pas nécessairement. Les malformations de l'enfant à naître sont très rares et surviennent principalement chez les femmes qui sont au premier tiers de leur grossesse (1er trimestre).  
Tous les hôpitaux ne sont pas adaptés au traitement des femmes enceintes atteintes d'un cancer. Le cas échéant, demande à connaître le niveau d'expérience de ton équipe soignante et demande un deuxième avis.   
Tu peux lire ici l'histoire de Fabienne Bartholdi, qui a été diagnostiquée d'un cancer pendant sa grossesse.

Relation de couple et sexualité 
«Depuis mon cancer, nous n'avons que très rarement des rapports sexuels. Cela me pèse! Je me mets la pression parce que je pense que je devrais à nouveau offrir des rapports sexuels à mon partenaire. Je pense aussi que je lui dois cela après la longue phase de maladie et de thérapie. En même temps, je veux d'abord assimiler toutes les expériences du traitement du cancer. Pour cela, j'ai besoin de temps pour moi. Notre relation tiendra-t-elle le coup?»

Relation de couple 
Les couples sont liés par bien plus que l'acte sexuel lui-même. Il existe de nombreuses possibilités de montrer son amour à son partenaire, de se sentir connecté et proche. La confiance, les intérêts communs, le respect, la tendresse, une attitude similaire face à la vie, l'humour et bien d'autres choses encore sont autant d'éléments qui rapprochent.

Comment la relation de couple évolue-t-elle pendant un cancer? 
Le cancer modifie la relation de couple. Peut-être faut-il redistribuer les tâches. S'il y a des enfants, ils doivent être pris en charge et accompagnés de manière intensive. La plupart du temps, il y a un «nouveau» quotidien. Cela peut être pénible, car toute la famille doit se réorganiser.  
De nombreuses personnes touchées par le cancer sont physiquement affaiblies par les traitements et ont besoin de plus d'aide pour les tâches ménagères, la garde des enfants ou même les soins corporels. Cela change les rôles dans une relation. Ton partenaire ou ta partenaire se sent peut-être impuissant·e et se demande comment il ou elle va pouvoir gérer tout cela en plus. Les conflits non exprimés au sein du couple peuvent également peser sur la relation.  
Les femmes concernées ressentent rarement le besoin d'avoir des rapports sexuels pendant le traitement. Elles aspirent toutefois à l’intimité et aux échanges affectueux. Certaines personnes concernées souhaitent également discuter, passer des soirées détendues à deux ou se promener ensemble. Certaines femmes abordent le cancer en adoptant une approche introspective. Pour cela, elles ont besoin de temps rien que pour elles. 

Que peux-tu faire, toi ou ton/ta partenaire? 
Prenez votre temps 
Il n'y a ni bon ni mauvais en termes de fréquence des contacts sexuels avec votre partenaire. Si ton corps ou tes sensations ont changé, il se peut que tu veuilles d'abord les explorer seule.  
Discute avec ton partenaire ou ta partenaire de ce qui te fait du bien en ce moment. Ne te laisse pas mettre sous pression par ton partenaire ou ta partenaire ou par des personnes extérieures.

Impliquer les amis et la famille 
Ose demander du soutien. Tu ne peux pas continuer à vivre comme d'habitude. Surtout si tu as des enfants, tu devrais demander de l'aide à tes amis et à ta famille. Si tu n'as pas d'amis ou de famille près de chez toi à qui demander de l'aide, renseigne-toi auprès de ta ligue cantonale ou régionale contre le cancer sur les offres de soutien. Si tu reçois de l'aide pour les tâches quotidiennes, cela soulage aussi ton couple. Ton partenaire ou ta partenaire aura moins l'impression de devoir tout organiser et tout faire lui-même ou elle-même.

Ton partenaire ou ta partenaire aussi a besoin de temps 
Le ou la partenaire concerné·e est également affecté·e psychologiquement. Il ou elle a peur de perdre la personne aimée. Souvent, ton partenaire ou ta partenaire est déstabilisé·e et a besoin de temps pour lui/elle afin d'assimiler ces sentiments. A cela s'ajoutent les nouvelles tâches à accomplir au quotidien. Peut-être que ton partenaire ou ta partenaire ne veut pas te faire de mal et qu'il ou elle a peur de te toucher.  
Cela peut te donner l'impression d'être rejeté·e. Parle à ton partenaire ou à ta partenaire de son retrait. En cas d'insécurité, tu peux aussi lui montrer quels sont les contacts physiques que tu trouves agréables. Réfléchissez ensemble à la manière dont vous pourriez vivre votre amour en dehors de votre sexualité (p. ex. petites attentions, fleurs, compliments). Les questions suivantes, pour toi et ton ou ta partenaire, peuvent t'aider à identifier tes propres besoins. Elles seront peut-être utiles pour entamer un échange l'un avec l'autre.

Questions que tu pourrais te poser  
Comment était la vie avant la maladie? 

  • Quelle était ma sexualité avant la maladie? Décris-la? 
  • Est-ce que j'étais satisfaite de notre sexualité? 
  • Qu'est-ce qui me plaisait? 
  • Qu'est-ce qui ne me plaisait pas? 
  • À quelle fréquence avions-nous des rapports sexuels? 
  • Pouvions-nous aussi apprécier l'érotisme sans qu'il y ait de rapports sexuels? 
  • Quelle était l'importance de la sexualité pour nous avant la maladie? 
  • Parlions-nous autrefois de notre sexualité? 

Qu'en est-il aujourd'hui? 

  • Suis-je satisfaite de notre sexualité? 
  • Est-ce que j'ai confiance en mon partenaire ou ma partenaire? Ai-je peur qu'il ou elle me rejette? 
  • Qu'est-ce qui me fait peur? 
  • Qu'est-ce qui me fait du bien? Qu'est-ce qui me fait souffrir? 
  • Qu'est-ce que je trouve attirant chez moi? 
  • Comment je me sens face aux changements de mon corps? 
  • De quoi ai-je envie? De quoi ai-je besoin pour une sexualité épanouie? 
  • Quels sont les contacts ou les fantasmes qui m'excitent sexuellement? Ont-ils changé à cause de la maladie? 
  • Qu'est-ce qui atténue mon excitation sexuelle? 

Autres questions «Couple» 
Es-tu ouvert à la «nouveauté»? 

  • Est-ce que je souhaite des changements dans notre sexualité? 
  • Qu'est-ce que cela signifie pour mon partenaire ou ma partenaire? 
  • Suis-je ouverte aux «nouveautés»? 

Quelle est notre relation? 

  • Qu'est-ce qui nous lie? Des intérêts communs, de la tendresse, une relation amicale, des questions financières? 
  • Comment va mon partenaire ou ma partenaire? 
  • Qu'est-ce qu'il ou elle attend de moi? 
  • Une distance est-elle perceptible entre nous?  
  • Est-ce que notre relation a changé depuis la maladie? 
  • Avons-nous un langage commun pour le sexe? 
  • Comment sont nos besoins en matière de sexualité? Similaires? Différents? Comment les gérons-nous?